IntendanceZone

Parce que l’intendance, c’est la zone !

53 visiteurs en ce moment

Accueil > Méta-informations sur l’IZ > Mais pourquoi au juste fait-il un site, ce mec-là ?

Question existentielle

Mais pourquoi au juste fait-il un site, ce mec-là ?

vendredi 17 mars 2006, par L’intendant zonard

Qu’est-ce qui le pousse, l’Intendant Zonard, à faire tout ça ? C’est vrai, en fait ça ne fait que des embêtements : remarques de la hérarchie, plantages du site à récupérer en catastrophe, nuits blanches pour les mises à jour, suivi des réactions aux articles...

Initialement, se trouve le fait que j’avais été coopté par les collègues pour animer des réunions de district. Comme je n’ai jamais eu à ces réunions plus du tiers des collègues du secteur qui me revenait, j’ai commencé à rédiger des comptes-rendus détaillés des réunions, que j’envoyais par courriel.

Puis, pour faciliter l’accès aux archives, j’ai choisi de publier ces PV de réunion sur ma-page-perso-3615-j’existe. Tout naturellement à partir d’un certain volume d’informations, je me suis pris à penser que refondre le tout dans une Intendance Zone complète et facile de consultation grâce à SPIP serait utile à beaucoup de gens.

La motivation pour continuer bien au-delà de l’animation des réunions que je n’assure plus depuis ? A part le fait que je suis un bavard atroce, il y a deux principales raisons (si j’en trouve d’autres, je modifierai l’article) :

- Ca me sert à moi-même : je déteste être enterré sous le papier, et quand j’ai besoin de noter quelque chose, autant que ça soit sous cette forme, qui ne prend pas de place sur le bureau ou dans les tiroirs. Par exemple, je viens d’utiliser comme chaque année mon article pense-bête sur les variations de stock.

- J’aime mes collègues. C’est plus fort que moi. J’ai rencontré depuis que je fais ce métier des gens absolument passionnants, et franchement rien ne m’honore plus que de rendre service à un autre gestionnaire d’EPLE. Il y en a tout plein que j’ai croisés dans ma première académie d’affectation, qu’ils ne croient surtout pas que je les ai oubliés ! Le neuf-troâ fait oublier énormément de choses, y compris la conscience de sa propre humanité, mais pas les copains. En ce moment je fais le tour de tout un tas de collègues pour trouver un digne remplaçant à ma collaboratrice qui rejoint un amour lointain, et bien j’ai le moral tout gonflé d’avoir des nouvelles de tous ces gens qui se décarcassent pour l’Education, on devrait même dire la Civilisation.

Votre curiosité malsaine est-elle satisfaite ? Je devrais lancer un appel à témoin auprès des collègues Webonaires pour savoir comment ils font pour justifier à leur épouse/mari le temps qu’ils passent à cela plutôt qu’à repasser leurs chemises de chef de service et cirer leur pompes de chef de service (et non pas cirer les pompes de leur chef de service, qu’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas écrit !)

Messages

  • Etienne est un philanthrope, et sans le connaître j’adore ce type (en tout bien tout honneur cela va sans dire).

    Pourquoi passons nous des heures, des nuits, des jours de vacances... à s’abîmer les yeux devant notre écran informatique au lieu de nous endormir béatement devant « Les feux de l’amour », « l’Inspecteur Derrick », la « Star’Ac » ou la énième rediffusion des « Bronzés » ? Question existentielle qui me réveille parfois haletant et en sueur la nuit au sortir d’un cauchemar où un bug informatique détruit mon ordinateur et mes sauvegardes ; ou encore lorsque ma tendre épouse monte les escaliers de ma tour d’ivoire pour me reprocher de préférer mon ordinateur à la douceur de sa présence et accessoirement à la vaisselle, la lessive, l’aspirateur, les devoirs de la gamine et tant d’autres choses qui embellissent la vie.

    Au départ, le site (http://perso.wanadoo.fr/gestionnaires03/ ; un peu de pub ne fait pas de mal) était destiné à recueillir les doléances de la profession et créer une dynamique de revendications ; mais devant l’apathie des collègues, il s’est peu à peu transformé en base professionnelle.
    Aujourd’hui, comme pour Etienne, mon site me sert de base de données informatique que je suis le premier à consulter lorsque je recherche un renseignement ou un texte réglementaire.
    J’ai souvent eu envie d’arrêter ce site à l’audience décevante compte tenu de l’investissement personnel qu’il exige ; mais un certain nombre de messages émanant de jeunes collègues qui témoignaient de leur détresse et de l’aide que mon site leur apportait, m’ont convaincu de continuer encore un peu. C’est également valorisant de pouvoir être utile. En fait, sous la couche épaisse de misanthropie qui me recouvre, je dois quand même avoir un bon fond...
    Enfin, avoir un site perso, cela peut devenir une drogue ou plutôt un piége : on est toujours un peu prisonnier de sa création qu’il faut sans cesse améliorer, compléter... d’ailleurs je vous laisse car la mienne me réclame : cela fait deux semaines que je ne lui ai pas donné de nouveaux textes pour la nourrir.

    N@n@rd

  • Chers visiteurs,

    Je me flatte de recevoir plus d’une centaine d’etre vous tres regulierement. Un tres bon point en ce milieu avril : alors que les parigots sont en vacances, les statistiques se maintiennent. J’en conclus que des vrais gens de la vraie France, la-bas, de l’autre cote de l’A86, lisent ce qui se passe ici. Merci :)

    • [Ici se trouvait cite un jeu de mots present dans un commentaire poste par un autre visiteur, que je viens d’expurger, ce n’est pas pour le reproduire ici, note de l’Intendant Zonard]

      Magnifique jeux de mots, en vérité trop facile et dénigrant ou bien ceci s’adresse à vous ? Il est temps de revoir les textes qui datent d’une période ou l’OEA était perçu comme un domestique... Thierry

      et

      Monsieur, Vous pouvez faire de l’auto dérision pour arrondir les angles, il n’en reste pas moins que vos propos sont blessants pour la majorité des ATOS, dont je vous rappelle au passage vous faites également partie. Je trouve inacceptable que vous vous autorisez à publier sur votre site, (que vous alimenté je suis sûr pendant votre temps de pause de 20 minutes...), des contres vérités à l’endroit des personnels, dont les difficultés de notre métier devraient vous inciter à nous témoigner plus de respect. Je reste à votre disposition pour répondre à toutes les questions relatives aux missions des ATOSS. Cordialement Thierry CGT-ATOS21

    • Cher Thierry

      Je pourrais trouver etrange que vous veniez en commentaire d’un article B vous plaindre d’un propos tenu en commentaire d’un article A. Je pourrais trouver encore plus etrange que vous copiez la citation incriminee, en augmentant ainsi la visibilite qui semble vous choquer. Je n’en ferai rien.

      En premier lieu je viens de censurer le commentaire incrimine (a l’article sur le nettoyage des parties communes des logements de fonction) pour faire disparaitre le jeu de mots qui vous a blesse, et donc dans la foulee de censurer aussi votre commentaire qui le reproduisait. Car je tiens a ne gener personne, sauf peut-etre certains hauts cadres dans leurs certitudes.

      Ensuite je tiens a fermement m’insurger au sujet des basses insinuations de votre message : non, je n’alimente pas l’IZ pendant "mon temps de pause de 20 minutes". Deja parce que depuis 5 ans que je suis gestionnaire-comtable, je n’ai a peu pres jamais eu autant de temps pour prendre mon repas. En tant que cadre, je n’ai pas d’horaires, pas de pause, et depuis septembre 2001 je travaille tres regulierement de 7 h 30 a 19 h 30 cinq jours par semaine, parfois moins, parfois plus.

      L’Intendance Zone procede immediatement de mon activite professionnelle (rediger des comptes-rendus, des notes de synthese dans le cadre de mes attributions) et de la solidarite entre collegues qui me fait rediger des reponses a des questions de collegues et neanmoins amis, reponses qui se retrouvent tout naturellement rapidement adaptees en articles de l’IZ. Ceci peut avoir lieu entre 7 h 30 et 19 h 30 comme bien apres, comme la semaine derniere ou, en voyage dans le lointain pays de mon epouse, j’ai continue a m’enquerir des reactions aux articles.

      Les personnels ouvriers comme tous les autres ont droit au respect que je donne a tout collaborateur ; toutefois le respect profond et empreint de consideration, m’est inspire par le travail realise par mes collaborateurs, et dans ma courte carriere j’ai eu l’occasion de rencontrer des personnels ouvriers qui ne faisaient rien pour meriter qu’on leur porte ce sentiment-la. Ni rie du tout d’ailleurs.

      Enfin je vous cite "les difficultés de notre métier". Les agents qui travaillent dans mon etablissement n’ont pas de difficultes particulieres. Dans le respect des capacites et souvent des gouts et couleurs de chacun, dans des horaires amenages suivant leurs contraintes familiales, ils travaillent dans un etablissement bien tenu avec du materiel performant. Comme tous les autres services de notre Ministere, on demande d’eux un engagement pour la qualite et la productivite de leur travail, et je m’implique personnellement dans leurs metiers pour les connaitre et toujours mieux apprecier les conditions de travail de mes collaborateurs (pour etre franc, cette implication personnelle directe souffre depuis que j’assure la comptabilite d’un Greta...)

      La seule difficulte que je connaisse dans le travail des OEA, ce sont les OEA qui ne foutent rien et/ou qui se mettent en caisse, en laissant leurs collegues se demerder pour que les eleves ne nagent pas dans la m... pour parvenir aux salles de cours. Et ca c’est un vrai probleme. Si vous etes syndicaliste, votre activite consiste peut-etre a defendre de ces individus indefendables, je ne vous le souhaite pas. Heureusement qu’ils sont rares, j’ai meme le privilege de ne pas en avoir de specimen dans mon equipe cette annee. Enfin il y a bien un maillon faible, mais apres ce que j’ai connu...

      Pour finir, cher Thierry, si vous estimez que les textes de Loi considerent les OEA comme des domestiques, je vous suggere de faire pression sur nos representants a l’Assemblee Nationale pour modifier cet etat de fait lamentable. -En tout cas mon travail de cadre de la fonction publique est de faire appliquer ces lois, peut-etre indignes, qui me donnent la possibilite de demander a des personnels payes pour entretenir des batiments publics d’assurer l’entretien de batiments publics.

      L’EPLE agit en delegation du proprietaire des lieux pour l’entretien des parties communes qui serait de maniere normale, dans une propriete privee, organisee par le/les proprietaires. Nous sommes ici exactement dans le meme cadre et il n’y est nulle question de domesticite. Contrairement a vous cher Thierry, je pense qu’il n’y a pas de sot metier, et que assurer la proprete d’un batiment propriete d’un Conseil General ou Regional n’est pas moins digne dans certains lieux que d’autres. S’il faut le rappeler sans amenite a des personnels qui entendent fixer a la place de leur encadrement ce qu’ils doivent ou ne doivent pas faire, je le ferai, sans plaisir mais avec autant de rigueur que lorsque j’envoie a l’huissier une famille ne payant pas sa cantine.

      La-dessus, amicales et syndicales salutations