IntendanceZone

Parce que l’intendance, c’est la zone !

Accueil > Humour > Badges cantine perdus, enfin une solution technologique

Badges cantine perdus, enfin une solution technologique

vendredi 1er avril 2016, par pseudo-gestionnaire

Je te vois d’ici, chère lectrice, cher lecteur, alléché-e par le titre, l’œil brillant d’espoir, vais-je enfin trouver le sacré Graal ?

Je pense bien pouvoir t’annoncer, en ce jour de néoménie printanière, que tu l’as peut-être trouvé.

Dans tous les établissements dotés d’un contrôle d’accès, la Complainte du Badge Perdu se chante chaque jour

Elle est constante, récurrente, déborde des bureaux, vient lécher les rives des agences comptables, son ressac est capable d’emporter des réunions de gestionnaires entières : ils n’arrêtent pas de les perdre, ces cartes. On dirait qu’ils les mangent. Ils en font une collection ou quoi ?

Les parades sont aussi diversifiées que sans espoir. On fait voter un prix prohibitif au CA. On crie sur l’élève qui vient pour la troisième fois en deux semaines. On émet des doutes quant aux capacités des parents à les mater élever. On ne rend pas la carte retrouvée sur le plateau tout de suite, ça lui fera les pieds.
Seule méthode qui fonctionne, mais à quel prix, on garde et trie chaque jour par classe et ordre alphabétique les cartes de tous les DP.

La biométrie ? Tellement de gens sont contre, une loi en cours d’examen au Sénat qui risque de l’interdire, du matériel relativement important à acheter... il n’y aurait pas plus simple ?

Enfin une solution !

Un de nos fournisseurs de contrôle d’accès a enfin trouvé la parade définitive, que les parents accepteront sans sourciller, que la CNIL applaudit de deux mains : la reconnaissance vocale.

Il y a un petit instant d’adaptation, un peu fastidieux, quand on rentre ses nom et prénom : le logiciel a besoin de plusieurs échantillons pour reconnaître ultérieurement la voix sans erreur, et on se sent un peu bête à répéter son nom à une machine, mais que du bonheur ensuite ! Plus besoin de carte, plus besoin de poser sa main là ou des dizaines de personnes ont fait de même, alors que les Infaillibles Statistiques Zoniennes affirment que 33,41 % des femmes ne se lavent pas les mains en sortant des toilettes, ainsi que 66,59 % des hommes.

Le tout pour un prix bien sage ! Cela dépend du nombre de bornes à équiper, donc faites un devis, vous serez surpris-es ! Et quand on estime le temps gagné à ne plus râler, cela semble une somme utilement dépensée.

Voici pour exemple leur plaquette fournie pour affichage à côté des bornes de réservation, et vous pourrez toujours chercher celle pour les contrôles d’accès sur leur site, si ma démonstration vous a convaincu.

A l’étude chez les autres fournisseurs

Oui, dis-tu, cher lecteur, amèrement déçu de découvrir que dans la loterie des contrôles d’accès tu n’as pas choisi le bon fournisseur, comment vais-je faire, mon fournisseur ne propose pas cette fonction ? L’égalité a deux vitesses, ce n’est pas républicain ! Et le service public dans tout ça ?

Cher lecteur, j’ai aussi pensé à toi (même si les ISZ m’apprennent que tu n’as pas les mains propres), et j’ai pris le temps d’appeler les autres fournisseurs d’accès, et ce qu’on m’a dit devrait te plaire : chez l’un, m’a t-on dit, toute l’équipe informatique est en train de travailler dessus (si vous avez eu des difficultés dernièrement de joindre le SAV, ne cherchez plus), l’autre pense s’y mettre très prochainement.


Sans rancune à nos amis d’Alise.