IntendanceZone

Parce que l’intendance, c’est la zone !

Accueil > Méta-informations sur l’IZ > Tribune : sur la polémique des réunions non mixtes

Tribune : sur la polémique des réunions non mixtes

lundi 5 avril 2021, par L’intendant zonard

Au mois de mars 2021, une polémique assez nauséeuse comme ce monde pourri de rézosocios nous en impose de plus en plus souvent touche ce qui fut mon cher syndicat étudiant, l’UNEF. L’union nationale des étudiants de France est prise à parti pour des pratiques de réunions non mixtes. C’est parce que ce sujet ne concerne pas que l’UNEF que je crois nécessaire de jeter ma poignée de poudre dans cet incendie.

Avertissement

Ami lecteur, si tu penses encore en 2021 que tout va bien entre les hommes et les femmes, entre les hétéros et les autres-sexuels, entre les gens dont la couleur de peau diffère, passe ton chemin. Hallal ou bon cochon des campagnes, t’as une épaisse peau de saucisson sur les yeux.

Sur le cas précis et contingent de l’UNEF

L’union est autonome, libre, elle n’a même plus besoin de préciser qu’elle est indépendante et démocratique comme à mon époque où cette mention semblait nécessaire. Que des politiques, a fortiori en responsabilité dans le gouvernement, se permettent de songer à haute voix à la "dissolution" du syndicat étudiant, c’est proprement incroyable.

https://aaunef.fr/non-a-la-dissolution-de-lunef/

Lorsque j’y passais l’essentiel de mon temps hors-amphis, à aucun moment je n’ai eu l’impression que l’UNEF à laquelle je participais pouvait être le lieu d’agressions, d’abus, de harcèlement. Les scandales qui sont sortis depuis ont concerné la génération suivante, et pas ma demi-décennie de présence dans l’organisation. Pour autant, à l’aune de ce que j’ai appris depuis sur l’ampleur et la dissimulation de ces agressions, je crains bien que j’aurais été totalement incapable de les percevoir.

Aujourd’hui l’UNEF apprend à gérer la montée en puissance des jeunes d’origine immigrée dans ses propres rangs. De mon temps la massification des études supérieures était déjà acquise, mais le système éjectait avec une violence inouïe les jeunes d’origine populaire, ils ne restaient pas longtemps dans les amphis. Ils sont maintenant une masse critique à tenir bon, et à avoir le temps de l’action collective au lieu de seulement survivre. Les fondements libertaires du syndicat laissent place à ce que l’on peut appeler du communautarisme, je suis convaincu que c’est une mue et qu’un équilibre sera vite retrouvé.

Ca sera toujours mieux que le service national, dissout en urgence par Chirac avant que les tiraillements ne deviennent ingérables entre un encadrement alors encore largement raciste et la réalité de la population à enrôler !

Une notion nouvelle : le point de sécurité des personnes vulnérables

Depuis, et dans un autre cadre, j’ai eu l’occasion de rencontrer des militant.es des générations suivantes, formé.es et préparé.es au problème. Imaginez une rencontre de jeunes d’Europe entière. J’insiste sur le caractère de jeunesse : des personnes qui ont encore des choses à apprendre, et à qui il faut souhaiter d’acquérir du savoir autrement que par des expériences désagréables ou dramatiques.

Les nanas, déjà potentiellement des proies en sol français, se retrouvent en minorité plus isolée encore dans de telles circonstances, avec la difficulté supplémentaire de communication linguistique. D’où cette pratique qui m’a été décrite : les filles se retrouvent pour un rapide briefing où sont dispensés des conseils de sécurité, des endroits sûrs sont indiqués, et des correspondantes de confiance sont désignées.

En réfléchissant à la situation c’est d’une parfaite évidence, et passé le réflexe universaliste qui s’émeut de l’éviction des mâles de la réunion, on réalise vite qu’elle est opérationnellement nécessaire.

Ensuite peut-on élargir le concept ? Avec quelques précautions, oui. A l’intérieur d’une organisation, indépendamment de son objet et de ses valeurs qu’on supposera tout à fait louables, un groupe de personnes se percevant comme vulnérables devrait pouvoir organiser son autodéfense. Forcément, ce terme dévoile un nouvel accroc aux idéaux légalistes et universalistes : c’est pas brillant, mais si vous trouvez un moyen de nous débarrasser des cons, des violeurs etc. qui ne soit pas un flicage généralisé de tout (et encore ça ne suffirait pas à ce vaste programme), faudra m’en parler.

Donc l’exercice suivant me semble avoir une utilité et répondre à un besoin qui est mal satisfait par ailleurs : des réunions entre victimes potentielles de déviances. Ces réunions sont opérationnelles, elles représentent un outil de prévention pour les jours ou les semaines à venir, et un débriefing des problèmes récents. On ne peut exclure que des solidarités se constituent qui aboutissent à un petit surcroît d’influence du groupe considéré dans l’organisation. Et alors ? Faudrait interdire aux footeux d’aller ensemble au stade ?

Les réunions thématiques sur les discriminations

En revanche, une réunion "féministe" de dénonciation de l’impunité des agresseurs, une réunion antiraciste ou anti homophobe, ne devraient en aucun cas être réservées aux personnes victimisées. La mise en extinction des pensées criminelles et dépassées sexistes, racistes ou homophobes (etc.) a besoin que tous participent.

Pour répondre à la candidate socialiste à la régionale francilienne de l’année, à de telles réunions si un "blanc" veut parler à une réunion contre le racisme, si un mec veut parler à une réunion féministe, rien ne devrait s’y opposer. Il devrait savoir éviter d’y passer pour un gras imbécile, dans la majorité des cas.

On peut toujours imaginer une "commission féministe" complètement mangée de mecs de plus ou moins bonne foi qui finiront par se persuader d’avoir tout compris quand ils n’ont fait qu’imposer un point de vue, mais c’est alors toute l’organisation en amont qui aura fait la preuve de son inanité. Un peu comme la commission des Droits de l’Homme à l’ONU se choisissant le représentant de Kadhafi comme président...

Jusqu’où ça peut aller cette histoire ?

Petite provoc’ à la façon de la Zone : prenez le séjour linguistique à Londres (ou Madrid ou Berlin, les uns sont pas plus des violeurs que les autres) d’une cinquantaine de lycéen.es. Ca serait-y pas trop bête d’assurer une petite prévention pour éviter aux miss des moments pénibles ?

Cette prévention n’aurait-elle pas d’autres vertus éducatrices que le simple évitement d’un drame en plein voyage ? Et vu le rire gras qu’on sait risquer d’entendre de la part de certains de ces jeunes messieurs, ne vaudrait-il mieux pas qu’une accompagnatrice du voyage assure avec les demoiselles seules la réunion d’organisation et de prévention ?

Et je refais la distinction avec les réunions sur les sujets de société : par ailleurs, des actions de sensibilisation de tous.tes demeurent nécessaire pour faire baisser le climat de violence intersexe [1] parmi les élèves. Et les questions des gars, de bonne ou mauvaise foi, doivent pouvoir y être posées.


[1Aux collègues de Rupinie supérieure : je vous rappelle que dans la Zone ce sujet n’est pas théorique. Et chez vous, il prend d’autres formes mais c’est pas forcément beaucoup plus sympa

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.