30 visiteurs en ce moment

IntendanceZone

Parce que l’intendance, c’est la zone !

Accueil > Comptabilité > Comptabilité du comptable > Polémique : transférer du numéraire entre EPLE de l’agence comptable

Polémique : transférer du numéraire entre EPLE de l’agence comptable

samedi 11 janvier 2020, par L’intendant zonard

Aujourd’hui : comment éviter des mouvements de fonds inutiles, en transférant des valeurs instantanément entre les EPLE, sans déranger personne et avec une sécurité maximale.

Avertissement

Je me fais de temps à autre attraper dans une flamewar sur le forum, dans la querelle des anciens contre les modernes (je vous laisse deviner qui est qui ;-p ) Il est donc nécessaire que je développe ici, chez moi et au calme, les pratiques comptables "innovantes" que je mets au point et qui choquent mes contemporains. Chaque lecteur se fera juge et aura envie ou non de faire comme moi.

Sachez donc que ce qui suit est considéré comme déviant et dangereux et ne devant pas être conseillé, par certains de nos collègues. Moi je vous le conseille, en sachant m’adresser à des adultes responsables ; j’introduis tout du long de mon développement les réserves qui m’ont été formulées et mes arguments.

Situation rencontrée

Un gestionnaire débarque avec un mandat de DAO sur sa régie d’avance. Il a vidé son avance et entend que je la lui restitue, mais il n’a, dans le même temps, pas fait d’encaissements en liquide sur sa régie, et comme il ne m’avait pas prévenu, j’avais déposé son numéraire au guichet DFT l’avant-veille.

Donc je n’ai pas d’argent à lui confier, et, j’insiste bien, c’est de sa faute, il n’a pas eu d’égards pour mon propre travail et ne m’a laissé aucune chance d’être en mesure de l’aider. [1] Mais j’insiste bien sur le fait que mon boulot d’AC c’est d’aider les gestionnaires, et je me dois de lui reconstituer son avance, rapidement, pour faciliter son travail : la règle que je me suis fixée c’est la reconstitution immédiate à la réception du mandat de DAO.

Il y a aussi les situations de régie de voyage, là encore c’est de la mauvaise organisation, on ne m’a pas prévenu/pas rappelé que tel prof allait partir avec mille écus, et je n’ai pas conservé tout ça sur moi. Bref.

La tentation diabolique

Donc le collège Trucmuche n’a plus que 50 € au coffre et m’en demande 350 €. Mais moi j’ai 3000 € dans mon coffre, avec mes huit bahuts ! Forcément on imagine qu’il faudrait pouvoir piquer quelques billets dans cette caisse-qui-respecte-l’unité-de-caisse-du-comptable-public, et les lui filer. Problème, ils appartiennent à un autre EPLE.

La solution évidente

Le collège Jaurès a du liquide et le collège Ferry en aurait besoin ? Alors Ferry fait un virement à Jaurès, et Jaurès donne du liquide à Ferry en échange. Cela se fait en deux clics dans DFT-net, par la fonctionnalité de virement interne.

Pourquoi ces virements internes dans DFT-net ?

Il faut admettre que ce n’est probablement pas pour ce que je vous propose de faire là que cette fonctionnalité a été introduite dans notre interface bancaire. Elle est certainement nécessaire pour faire des mouvements entre le compte principal de l’établissement et le compte DFT d’un régisseur, à l’intérieur même d’une personne morale donnée. Oui, les régisseurs ça a un compte en banque, jeû sais dans les EPLE presque personne ne le fait. Cela compte au nombre de ce qui nous fait passer pour des rigolos auprès des autres comptables publics, vous verrez ça va changer et plus vite que vous ne le pensez.

Bref, première réserve d’importance : effectivement on peut considérer que je détourne cette fonctionnalité, en l’utilisant pour échanger de l’argent entre deux EPLE.


Important : en saisissant un montant avec des centimes, utilisez bien la virgule du clavier, car le point du clavier numérique ne fonctionnera pas.

Un euro est un euro

Ce qui me fait voir rouge (NB le lapin mutant a des yeux jaunes fluo en temps normal), ce sont les propos sur le forum où l’on m’accuse de toucher au patrimoine des EPLE, de "prêter" de l’argent entre établissements. A cela je réponds fermement : à aucun instant l’un des deux établissements n’est départi de quoi que ce soit. L’échange de 350 € en billets se fait contre 350 € en virement, instantanément dans les deux sens. Or j’ai peut-être un problème de compréhension, mais chez moi 350,00 € c’est égal à 350,00 €, et ce assez précisément.

On assiste en fait à un simple changement de la forme de cette somme. On fait ça très régulièrement, lorsqu’on dépose du numéraire au guichet DFT : D585/C531 (le 585 sera soldé par le 5151 dès le lendemain sur le relevé DFT). Personne n’imagine que l’EPLE s’est appauvri !

La question devient donc : est-il légitime que cet EPLE dépose son liquide à son collègue plutôt qu’au guichet DFT ? De son point de vue, il s’en fout : il était encombré de liquide qui est une forme "dangereuse" de fonds, et s’en trouve débarrassé au profit de son compte en banque.

On peut renverser le point de vue de l’établissement qui manquait de fraîche : avant on aurait fait un chèque à "moi-même" pour retirer 350 € au guichet : D531/C5159. Là on fait la même chose, mais plus rapidement, par virement, avec D531/C585, 585 soldé dès le lendemain où le relevé DFT fera apparaître une diminution du compte Trésor.

Cela est-il légitime ?

Les cris d’orfraie des collègues plus caporalistes que le caporal nous alertent : nan on n’a pas le droit de faire cela. L’EPLE n’est pas une banque, le comptable n’est pas un banquier. On mélange les genres. Les EPLE ne devraient jamais communiquer entre eux, ça devrait être étanche.

Je réponds : en tant que comptable d’un groupement constitué par le recteur, je suis responsable de la tenue de ce service et des huit comptabilités afférentes. On m’a confié l’argent public de ces EPLE, et j’en suis comptable et responsable sur mes deniers propres. Je suis légitime à passer des opérations de trésorerie dans mes établissements, j’ai été nommé pour ça, je suis (grassement) indemnisé pour cette responsabilité. Répétez-le en vous regardant dans la glace.

On me rétorque "tu ne trouverais pas ça normal entre deux agences comptables" : bin oui, car quelle que soit l’estime que j’ai pour mes collègues, le niveau de confiance n’est pas le même : celui qui donne du liquide en échange de la promesse d’un virement pourrait ne pas être parfaitement tranquille, ce virement pourrait ne pas avoir été fait, ou avoir été annulé un peu plus tard. Sauf que je me fais confiance à moi-même, probablement à tort, mais c’est un penchant que j’ai là.

Cela peut-il m’être reproché ?

Oui, comme le fait de respirer, ce qui dégage du CO² qui détruit la planète. Plus sérieusement, les arguments recevables en réserve sont :

  • la procédure de virement interne n’a pas été faite pour cela
  • les EPLE ne sont pas supposer échanger des valeurs
  • dans le passé, on a observé que des comptables malhonnêtes faisaient tourner la tréso entre leurs établissements pour masquer le trou

Donc je ne le cache pas : un auditeur qui débarquerait chez moi observerait probablement cela avec un oeil torve. Saut que :

  • c’est fait en toute transparence
  • c’est utile au bon fonctionnement du service
  • c’est occasionnel
  • c’est à la marge, sur de petites sommes
  • et il n’y a pas de trou à masquer, vous pouvez chercher M./Mme l’auditeur·trice

Bref, on peut considérer que "pas vu, pas pris". SI j’avais un audit demain, peut-être aurais-je une remarque sur cette pratique qui n’est pas décrite dans la réglementation. OK, une remarque, et peut-être même assez ferme pour que je cesse, qui sait. Mais un débet ? Un procès ? Pour quel préjudice, pour quelle anomalie dans les comptes restitués ? Soyons sérieux.

En revanche, si vous êtes un pourri, que vous volez des trucs, que votre comptabilité est complètement dégueulasse, alors surtout ne faites pas ça, parce que pour le coup on l’utilisera contre vous, et au milieu du reste ça ne vous aidera pas.

Ah oui au fait, j’ai un collègue qui fait exactement comme décrit ci-dessus, et qui a été audité. Les auditeurs ont très bien vu ce qu’il pratique, et la seule remarque ça a été "pour les régies de voyages la CB serait plus à la page". Mais bien entendu les auditeurs de mes copains sont des andouilles, et ceux qui vous contrôleront vous seront des brutes sanguinaires.

Est-ce opportun ?

En pratiquant ainsi, voilà tous les avantages que j’en retire :

  • je réponds instantanément à la demande de mon régisseur qui avait besoin de liquide
  • je limite le contenu de mon coffre-fort
  • je limite mon besoin de perdre une heure [2] pour déposer du liquide à la DDFiP
  • j’évite à mon régisseur de devoir lui aussi aller au guichet DFT avec son chèque pour récupérer le liquide
  • j’évite donc deux visites à la DDFiP, qui me fait bien comprendre que moins ils me voient, mieux ils se portent, et que les espèces ils détestent ça

J’aime autant vous dire que tout ça contre la perspective de l’imagination que peut-être un auditeur, s’il en passe un un jour, posera une question sur ce que je fais, je n’hésite pas.

Peut-on aller plus loin dans le genre ?

Probablement pas. J’avais découvert la fonction de virement interne dans DFT-net à l’arrivée de la RCBC, quand j’étais à la recherche d’une manière correcte de tenir la caisse de tout ce petit monde. Comme d’autres, obsédé par l’unité de caisse, j’avais imaginé tout un b***l pour que les 531 des établissements rattachés soient toujours soldés, et que le contenu du coffre n’appartienne qu’à l’établissement principal. Et c’est là que j’avais trouvé d’envoyer des virements contre le liquide.

Ne faites pas ça, c’est débile, dangereux, inutile, pas pratique. Tenez votre caisse à l’aide du "PV de caisse" de GFC, qui confronte instantanément le nombre de pièces et billets que vous lui déclarez à l’ensemble des 531 de l’agence, ça marche à merveille. les établissements peuvent avoir tous un peu de valeurs en coffre, vous savez à tout moment et sans aucun travail comment le total de votre encaisse se répartit entre eux, donc c’est un non-sujet.

Peut-on améliorer ce dispositif ?

Peut-être il y aurait-il quelque chose à creuser, pour plus de traçabilité des opérations, en utilisant des ordres de paiement. Mais un paiement, c’est un débit 4, crédit 5. Pour des mouvements entre comptes en 5, j’ai un gros doute. Peut-être un lecteur aura-t-il des propositions ?


[1En fait ça peut aussi être parce que dans cet EPLE on a tellement bien fait le boulot de modernisation des paiements qu’il n’y a presque plus de liquide qui rentre, et là le GM a droit à des félicitations. Mais on est quand même embêtés pour lui reconstituer sa régie.

[2Je m’estime un sacré veinard de pouvoir imaginer que ça ne prenne qu’une heure d’aller au guichet DFT pour déposer du liquide : mon EPLE est dans une préfecture, ma DDFiP est ouverte sept demi-journées par semaine, ET ils ont un guichetier qui sait utiliser la machine à compter les billets

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.